Jeanne Marni

Fiacres (Ollendorff)

Mercure de mai 1898, page 548

Lien Gallica

J. Marni est le pseudonyme de Jeanne Marnière (Jeanne Barousse, 1851-1910), auteur féministe à succès.

Le boulevard qui roule en ramassant une pétillante mousse d’esprit et de l’écume aux mors des pauvres chevaux. C’est tellement actuel, moderne, dans le train et dernier cri, qu’on a presque peur que cela ne soit pas éternel, mais c’est très humain, quelquefois, et on respire…

Celles qu’on ignore (Ollendorff)

Mercure de mars 1899, pages 754-755

Ce sont des documents sur les femmes honnêtes… par conséquent celles qu’on ignore. Un prétexte à avoir de l’esprit sur le dos de ces dames que l’auteur, en effet, semble peu connaître. La maman d’Henri est une perle. Il s’agit d’une mère qui entretient la maîtresse de son fils après la mort de celui-ci, par amour… maternel. Une vraie trouvaille, sans exagération.