Albert Boissière

Les Magloire (Fasquelle)

Mercure de juin 1899, page 762

Mœurs rustiques prises sur le vif en Normandie. On en est vraiment effrayé du vif de ces mœurs. On se croirait au moyen âge ! Inceste, viol, ivrognerie, tous les vices, toutes les turpitudes se passent là très tranquillement, avec, pour ornementation principale, des phrases paisibles faites depuis des siècles par les paysans sur la couleur du temps et l’état des récoltes. Même qu’on décerne des primes et des médailles d’honneur au rural qui couche le plus, je crois ! Les femmes sont complices de leurs mâles pour l’engraissement des porcs et l’engrossement de leur servante. Il y a bien une jolie petite figure de paysanne, Rosine, qui tâcherait d’aimer selon la nature, mais la nature pure ne lui apprend qu’à se résigner après l’amour, et elle s’endort, vers la fin du livre, d’un sommeil animal. Un type de curé que le vice écœure et qui n’ose lutter contre lui ouvertement, un médecin, ironiste, qui a l’air, au contraire, de pousser à la consommation, et de jolies descriptions de campagne fraîche au milieu de ces fumiers, rehaussent la philosophie morne de ce roman, un livre trop noir pour être cependant réaliste de tous points, cependant un bon livre, bien composé et habilement écrit.